Generating PDF

[FR] Les PDG d’A4E exposent les conditions pour un Green Deal réussi lors du sommet annuel

By 
  • La mise en oeuvre urgente du ciel unique européen et la mise à jour de la règlementation relative au ciel unique européen;
  • Une politique industrielle européenne dédiée aux carburants durables pour le transport aérien;
  • L’intensification des efforts de la diplomatie climatique mondiale et la mise en oeuvre complète du système international de l’ONU pour la protection du climat en matière de transport aérien, le CORSIA;CORSIA — Carbon Offsetting and Reduction Scheme for International Aviation. Sous le CORSIA, les compagnies aériennes doivent compenser l’augmentation de leurs émissions de CO2 au-delà de leur niveau de 2020.Il est prévu que le CORSIA régule plus de 2,5 milliards de tonnes de CO2 entre 2020 et 2035. Ce système va compenser les émissions liées à la croissance du trafic aérien mondial et rendre cette croissance neutre en CO2.
  • Des investissements et des mesures incitatives pour développer les technologies et l’innovation en faveur de la décarbonisation.

Durant le sommet annuel de l’aviation qui s’est tenu aujourd’hui, les PDG d’A4E ont appelé à un effort conjoint de l’industrie pour faire du « Green Deal » européen un succès. Ils ont également souligné la nécessité d’actions législatives dans quatre domaines clés :

  1. La mise en oeuvre urgente et tant attendue du ciel unique européen pourrait réduire jusqu’à 10% les émissions de CO2, correspondant à une économie annuelle de 25 millions de tonnes.Source: EASA Environmental Report 2019, page 76 https://www.easa.europa.eu/eaer/system/files/usr_uploaded/219473_EASA_EAER_2019_WEB_LOW-RES_190311.pdf Une mise à jour rapide du cadre règlementaire du ciel unique européen d’ici 2021 est également nécessaire afin de permettre la réalisation de progrès dans la gestion du trafic aérien dans le futur.
  2. Des propositions législatives afin d’accélérer le développement et l’utilisation des carburants durables pour le transport aérien. Les carburants durables pour l’aviation ont le pouvoir de réduire à 85% les émissions de CO2 du secteur.
  3. La mise en oeuvre complète du système international de protection du climat de l’ONU appliqué au secteur aérien, le CORSIA. L’élaboration d’objectifs plus ambitieux sur le long terme par l’OACI est essentielle.
  4. Des investissements et des mesures incitatives en faveur d’innovations telles que les technologies électriques et hybrides, afin d’aider les compagnies aériennes à réduire leur dépendance aux énergies fossiles.

« En tant que compagnies aériennes européennes, nous sommes unis pour faire du Green Deal européen un succès, puisque cela partie de notre engagement envers la société européenne. Nous nous réjouissons à l’idée de pouvoir travailler étroitement avec l’ensemble du secteur et les décideurs politiques afin de rendre l’espace aérien de notre continent le plus propre et le plus efficace au monde. Nous ne pouvons pas nous permettre d’échouer » a indiqué Benjamin Smith, PDG du groupe Air France-KLM et Président d’A4E pour l’année 2020.

Dans les dix prochaines années, les compagnies aériennes d’A4E vont investir 169 milliards d’euros dans des technologiques vertes pour les avions qui sont déjà en moyenne 25 pourcent plus propres et moins bruyants que leurs prédécesseurs. Le secteur dans sa globalité explore déjà, à travers une étude coordonnée par A4E, conjointement avec les aéroports européens, les constructeurs et les prestataires de services de navigation aérienne, les différents moyens de parvenir à un futur transport aérien à zéro, ou à faibles émissions de CO2.

Selon Willie Walsh, PDG d’International Airlines Group (IAG) : « La lutte contre le changement climatique représente un défi considérable. Les compagnies aériennes agissent déjà mais, dans certains domaines comme la gestion du trafic aérien, des actions sont nécessaires de la part d’autres membres de l’industrie et des leadeurs européens afin de parvenir à nos objectifs ». Il ajoute : « La modernisation de l’espace aérien européen est à la fois urgente et attendue de longue date. En réorganisant notre espace aérien et en créant un système intégré avec des itinéraires de vol plus efficaces, l’Europe pourrait réduire de près de 25 millions de tonnes ses émissions de CO2 par an. Cette responsabilité revient à présent aux présidences croate et allemande du Conseil européen. La création d’un ciel unique européen est débattue depuis 20 ans : nous ne pouvons plus nous permettre d’attendre ».

Accélérer la production et l’utilisation de carburants durables pour le transport aérien sera essentiel pour que les compagnies aériennes européennes réussissent à réduire leur empreinte carbone. En 2012, l’UE avait fixé comme objectif de produire 2 millions de tonnes de carburants durables pour le transport aérien en Europe à l’horizon 2020. Huit ans plus tard, la production demeure considérablement en-dessous de ce seuil.

Thomas Reynaert, Directeur Général d’A4E explique : « Le fait est que la révision de 2018 de la directive sur les énergies renouvelables (REDII) n’a pas suffisamment pris en compte les mesures de soutien au développement des carburants durables pour le transport aérien, manque qui se fait cruellement sentir aujourd’hui. Une politique industrielle européenne spécifique en faveur du déploiement de carburants innovants destinés au transport aérien et reposant sur des financements et une législation équilibrée comme celle prévue dans le Green Deal serait bienvenue, afin notamment de corriger les échecs que subissent actuellement ces carburants sur le marché ». Il ajoute : « Une telle législation devrait prioriser davantage les mesures incitatives au lieu d’imposer au transport aérien des règles contraignantes mélangeant indistinctement les problématiques de prix, de volumes de production ou encore de compétitivité ».

De plus, une mise en oeuvre rapide et complète du système CORSIA permettrait à la fois de contribuer à l’élaboration d’objectifs plus ambitieux à long terme au niveau de l’OACI, et permettrait que des efforts de régulation des émissions de carbone en Europe soient également réalisés au-delà de nos frontières. En effet, seule une coordination des mesures de réduction des émissions de carbone à l’échelle mondiale peut être efficace. L’UE doit également intensifier ses efforts de diplomatie climatique afin de s’assurer que les pays les plus réticents tels que la Chine, la Russie, l’Inde et le Brésil rejoignent le système CORSIA d’ici 2021. En parallèle, les législateurs doivent s’assurer que les futurs changements dans le système d’échange de quotas d’émission de l’UE (SEQEUE) n’entraînent pas de superposition entre les mesures prises au niveau européen et celles prises au niveau mondial.

Enfin, le soutien et les investissements de l’UE en faveur de technologies permettant d’aboutir à une diminution significative des émissions de CO2 sont essentiels afin d’accompagner le transport aérien dans sa transformation vers un mode de transport durable, sur le long terme. Un plus grand soutien est également nécessaire pour la recherche, le développement et l’innovation autour des technologies de moteurs électriques et hybrides. Ces technologies peuvent en effet aider efficacement les compagnies aériennes dans leurs efforts en faveur d’une réduction de leur dépendance aux énergies fossiles.

À propos d’A4E

Etablie en 2016 et basée à Bruxelles, Airlines for Europe (A4E) est la plus grande association de compagnies aériennes européennes. L’association milite pour le compte de ses membres afin de définir les politiques aériennes européennes au bénéfice des consommateurs, assurant un marché du transport aérien sûr et compétitif. Avec plus de 720 millions de passagers transportés chaque année, les membres d’A4E représentent plus de 70% des voyages sur le continent, opérant plus de 3000 avions et générant plus de 130 milliards de chiffre d’affaires annuel. Les membres actifs dans le transport de marchandises et de courrier transportent plus de 5 millions de tonnes de fret chaque année vers plus de 360 destinations, que ce soit avec des avions-cargo ou des avions transportant des passagers. Les membres actuels incluent Aegean, airBaltic, Air France-KLM, Cargolux, easyJet, Finnair, Icelandair, International Airlines Group (IAG), Jet2.com, Lufthansa Group, Norwegian, Ryanair, Smartwings, TAP Air Portugal, TUI et Volotea. En 2019, A4E a été nommée “Airline & Aviation Business Development Organisation of the Year” par International Transport News. Suivez-nous sur Twitter @A4Europe.

About A4E

Launched in 2016, Airlines for Europe (A4E) is Europe’s largest airline association, based in Brussels. The organisation advocates on behalf of its members to help shape EU aviation policy to the benefit of consumers, ensuring a continued safe and competitive air transport market. With more than 720 million passengers carried each year, A4E members account for more than 70 per cent of the continent’s journeys, operating more than 3,000 aircraft and generating more than EUR 130 billion in annual turnover. Members with air cargo and mail activities transport more than 5 million tons of goods each year to more than 360 destinations either by freighters or passenger aircraft. Current members include Aegean, airBaltic, Air France-KLM Group, Cargolux, easyJet, Finnair, Icelandair, International Airlines Group (IAG), Jet2.com, Lufthansa Group, Norwegian, Ryanair Holdings, Smartwings, TAP Air Portugal, TUI and Volotea. In 2019, A4E was named “Airline & Aviation Business Development Organisation of the Year” by International Transport News. Follow us on Twitter @A4Europe.